Ma région Auvergne

 
  ACCUEIL
---Bienvenue en Auvergne---Montluçon---Clermont-Ferrand---Moulins---Aurillac---le Puy en Velay---
   
 

 

Féerie aux portes de Montluçon (03)

 

Le sentier de petite randonnée " Les gorges du Cher ", dans l'agglomération montluçonnaise, offre une plongée au cur de l'extraordinaire faune et flore qui bordent la rivière.
Seize heures, sur le parking de l'église néogothique Saint-Martin, à Lignerolles. Quelques voitures ornent la place. Dans le quartier, la sérénité règne. Sur un pan de l'oratoire, une pancarte révèle le parcours de la randonnée " Les gorges du Cher ". Un circuit qui allie la beauté de la faune et de la flore.
La rue du Forgeron est le point de départ. L'étroit " Chemin des Chiez " est presque imperceptible entre deux logis. Un rayon du soleil embrase déjà la vallée du Cher.
À mi-chemin sur la D605, le chemin est tracé le long de la voie ferrée. Sur la gare désaffectée, ne subsiste que son nom émaillé. La couleur ébène du bitume laisse place à un sentier herbeux.

Un paradis naturel

Arrivé en bas, un écriteau informe le promeneur des dangers de s'aventurer dans le lit du cours d'eau. La pente caillouteuse est abrupte. Il est conseillé d'avoir de bonnes chaussures. Dans les bois, le pépiement d'un coucou retentit. Une pièce dans la poche, la richesse est promise. Dans le sens inverse, Monique et Didier, se reposent un instant sur le bas-côté. " La remontée est fatigante, mais la beauté du site mérite l'effort ".
Quelques rapaces tournoient au-dessus des têtes. Le chant des grillons a depuis longtemps remplacé les échos de la ville.
Le bruit de la rivière se fait de plus en plus présent. Les cailloux font place aux galets. Petite entrave au parcours pour en rejoindre le bord. Et là, dans toute sa beauté, le Cher se dévoile. Un véritable éden.
Seul le murmure de l'eau vient troubler la quiétude des lieux. Et jonchant le bord, des galets invitent à quelques ricochets. La beauté du site convie à une longue halte avant de repartir sur le chemin herbeux balisé.

 

Haut de Page


 

 

Une promenade centenaire

Déjà une heure de marche. Le long du Cher, la flore est abondante. Les cimes des saules, frênes, ormes et aulnes glutineux se détachent du ciel tandis qu'au sol, la lande à buis est souveraine. Des écrits disent que le site était l'un des lieux de promenade favoris des Montluçonnais au XIXe siècle. Ils venaient y admirer les ruines du château de l'Ours, perché sur un éperon rocheux.
En s'écartant du Cher, la pente montante est escarpée. Virée à droite pour une longue descente obscure. Les branches des saules pendent telles des lianes. Les plantes à feuilles larges sont maîtresses des lieux.
Au fil de l'eau, le sentier est escarpé et étroit. Il rejoint le rocher de la Buse. Mieux vaut avoir bien lacé ses chaussures, le sol est glissant. Une corde métallique permet au promeneur de s'agripper pour ne pas tomber. Au sommet du roc, le point de vue sur le Cher est une nouvelle fois à couper le souffle. Tout autour ne subsiste que la forêt. À une dizaine de mètres sous les pieds, la rivière s'écoule, imperturbable.

Aux frontières du réel

Un peu d'escalade. Sur l'autre versant du rocher, il est conseillé de descendre en rappel à l'aide du câble métallique. La vitesse de l'eau rythme à nouveau les pas. Seuls quelques troncs d'arbres couchés viennent ralentir la mesure.
Arrivé au sommet d'une dernière ascension, il ne faut pas manquer le balisage pour ne pas s'égarer dans les méandres du Cher. Après deux heures d'effort, il est difficile de refuser l'offrande de quelques mûres.
Déjà les premières chaumières apparaissent. Avec elles l'envoûtement s'estompe. Le retour à la réalité est dur. Destination, le bourg " le petit Cougour ", puis " le Breuil ". Le promeneur retrouve la voie ferrée qui conduit à l'antique gare de Lignerolles. " Au Breuil ", les animaux de la ferme semblent vivre en parfaite cohabitation. Dans un jardin, deux cochons accompagnent un agriculteur. Un peu plus loin, deux chevaux ivoire broutent l'herbe d'un jardin.$FT

Pratique ::::: Les gorges du Cher ". 9 km en 3 heures. Niveau moyen. 278 mètres de dénivelé. Balisage jaune. Références : " Montluçon et ses environs à pied ", collection Topoguide, Fédération française de la randonnée pédestre .

(La Montagne du 25-08-06).

 
Page - 1 - 2 - Suite
Moi© 2007
---Contact---Partenaires---Mettre en favoris---